SNIPF-logo

Agenda

La transmission des savoir faire entre générations dans le monde de l’ingénieur

Par Anne-Marie Jolly-Desodt
Professeur des Universités Emérite (Orléans)
Membre du CA de la « Société Européenne pour la Formation en Ingénierie » SEFI (Bruxelles)
Responsable de la Task Force Sustainability in Engineering (Bruxelles)

C'est un des éléments fondamentaux du développement durable dans sa composante sociétale : en effet la démarche trans-générationnelle accompagne la démarche transculturelle dans la vision approche globale et solidaire de la société vers laquelle nous devrions tendre.
Dans le monde de l'ingénieur le besoin s'en fait d'ailleurs sentir aussi bien dans les contextes techniques que comportementaux.
Depuis longtemps dans de nombreuses écoles, ce sont des membres de l'association des anciens ou des organisations de jeunes retraités qui aident au suivi de stage et à leur soutenance, et interviennent dans l'aide à la préparation à l'insertion professionnelle et d'autres activités où le vécu d'entreprise seul peut compléter l'approche académique pour former des ingénieurs opérationnels.
A l'origine du développement des formations d'ingénieurs par apprentissage au début des années 2000, c'était d'ailleurs une vision de transmission des savoir faire et des métiers qui animait branches professionnelles et écoles pour la création de ce nouveau type de pédagogie.
C'est la raison pour laquelle, dans la formation des ingénieurs par apprentissage, le maitre d'apprentissage (tuteur entreprise dans certaines écoles) est un pilier du dispositif de formation. C'est un rôle important, consommateur de temps, car ce rôle inclut au quotidien la transmission de son propre savoir faire, des connaissances du fonctionnement de l'entreprise d'accueil ; il inclut aussi le lien formation entreprise : ce dernier aspect, outre la satisfaction personnelle liée à l'utilité du rôle de tuteur entreprise, devrait permettre un retour d'information sur les nouveautés scientifiques ou technologiques de l'étudiant vers le tuteur.
Les stages ont une grande importance pour la formation de nos ingénieurs : un nombre minimal de semaines de stage est exigé pour l'habilitation par la Commission des Titres d'Ingénieurs : un stage non encadré en entreprise, faute de moyens humains disponibles, loupe une bonne partie de son objectif pour le stagiaire et pour l'entreprise. La aussi, le temps de l'ingénieur encadrant est précieux pour l'entreprise, mais lors des soutenances, lorsque le duo élève ingénieur-encadrant rentre dans la salle de soutenance, on voit tout de suite si « l'encadrement s'est bien passé » : avec en même temps cette transmission des savoir faire métiers dans un sens et, dans l'autre sens, venant de l'étudiant, un partage de son vécu et connaissances scientifiques ou générationnelles. En effet la transmission des savoir faire est bidirectionnelle, et les jeunes générations nous apprennent dans le cadre professionnel des choses qui ne s'échangent pas forcément dans un cadre familial.
Enfin, la Formation Continue : je dois dire que j'ai fortement préconisé dans mes différents emplois, le montage de formations continues où les étudiants de formation initiale et continue se trouvaient mélangés : cela pose un peu de contraintes pour les responsables de FC mais les bénéfices sont réciproques pour les 2 populations.
Voila quelques exemples du monde de la formation des ingénieurs qui incitent à penser qu'il faut que les entreprises et plus largement la politique puisse imaginer des solutions pour la valorisation de ces pratiques de tutorat, parce que tout le monde en est bénéficiaire : l'entreprise dans la préservation de ses métiers et l'opérationnalité de ses embauches, l'ingénieur en poste dans son utilité sociétale et les étudiants ou jeune diplômés dans leur approche de l'entreprise.

Anne-Marie Jolly-Desodt

certificationVous avez la compétence d'Ingénieur ?
Vous exercez une fonction d'Ingénieur ?
Valorisez votre savoir-faire par la
Certification d'Ingénieur Professionnel !

reseau des ipfRejoignez la grande famille des IPF.
Adhérez à un réseau de compétences et de partenaires

ipf-miniAssociation régie par la loi du 1er juillet 1901, la SNIPF rassemble en son sein plus de 2 000 Ingénieurs certifiés suite à une démarche de validation de leurs compétences.